Dar HI
Motivés par le succès de l’hôtel Hi à Nice les deux promoteurs de ce projet hyper contemporain, où le design total de Matali Crasset réécrit les codes de l’hôtellerie de luxe, sont entrain de construire actuellement un hôtel de charme de onze chambres à Nefta. Détails. Tous les journalistes tunisiens venus couvrir l’inauguration de la nouvelle agence de Tunis Air sur l’aéroport Nice Côte d’Azur ( voir La Presse du 27 novembre) ont été hébergés à l’hôtel Hi, à Nice. Surprenant ! Renversant ! Déroutant ! Les adjectifs manquent pour décrire la sensation que reçoit le visiteur une fois dans l’intimité de sa chambre. Il faut déj oublier tous les repères de l’hôtellerie de luxe pour commencer à déchiffrer l’espace. Au commencement, les murs des couloirs, rose fushia donnent un avant-goût de la couleur qui vous accueillera chez vous. Bleue avec un sol vert pomme dans certaines pièces, jaune canari dans d’autres, blanche immaculée avec des carrés roses sur le sol…Neuf concepts ont été trouvés par Matati Crasset pour les trente huit chambres du « Hi ». Disciple de Philippe Starck et consacrée designer de l’année 2006, Matali a dessiné l’architecture intérieure, la décoration et tous les objets de l’hôtel. Complètement décloisonnée, la chambre ne présente pas de séparation entre la salle de bain et le lit. Celui-ci adossé à une grande plate forme en bois, qui peut servir de table et de table de nuit, est bordé par une végétation naturelle. D’où l’impression de dormir dans un jardin ! Ailleurs, des tables se transforment en lits auquels s’intègrent des lavabos, un lit à baldaquin se mue en baignoire… Au dessus de l’oreiller le petit boîtier permet au client de piloter à partir de son lit l’ouverture et la fermeture de la lumière et des volets. Des écrans LCD et des vidéos projecteurs sont disponibles dans certaines chambres. « Le style de Matali personnel, fonctionnel et ludique intègre aussi la technologie, c’est ce que nous recherchions », affirme Ali Patrick Elouargui, le jeune promoteur d’origine tunisienne qui dirige avec son associé Philippe Chapelet l’hôtel Hi depuis son ouverture en 2002. En clair le projet ancré dans son temps, réunit en un seul lieu les tendances les plus « in » du moment : une cantine 100 % bio, un design modulaire et ergonomique, un bar où se déroulent des expérimentations vidéo…L’hôtel Hi a fait l’objet de 900 articles de presse (un record). Il devient une véritable attraction de la ville de Nice. Le même trio formé par les deux professionnels du tourisme et la talentueuse inventrice d’objets arrive en Tunisie muni de son souci du luxe, du confort et du bien être des gens. Il s’active actuellement à construire un hôtel contemporain de charme à Nefta, inséré dans un tissu urbain situé sur une falaise dominant la Corbeille. Le projet cette fois-ci est de petite échelle (11 chambres) décliné selon les principes de la ville arabe ceinturée et de la maison troglodyte enfouie en sous sol. « Dès leur arrivée, nous distribuerons à nos hôtes des babouches. Nous voulons qu’ils se sentent chez eux », précise Ali Patrick. Le Dar Hi affiche un caractère écologique, économe en énergie il utilise des matériaux puisés sur place, le bois de palmier en l’occurrence et s’inscrit dans une logique de commerce équitable en faisant travailler exclusivement les habitants de la région et en s’interdisant toute importation de matériaux étrangers. Ali Elouergui confie:« Dar Hi représente pour moi un retour aux sources. D’autre part et en termes d’image il est important pour le Hi groupe d’avoir une destination dépaysante aussi forte que Nefta, en passe de devenir le nouvel endroit à la mode de l’Afrique du Nord ». Encore une fois carte blanche a été donnée à Matali Crasset qui s’est imprégnée cette fois-ci de l’esprit du patrimoine local et surtout de cet arbre magnifique et altier, le palmier. En parfait accord avec l’architecte tunisien Mohamed Nasr, chargé de la mise en application du design de Matali, la créatrice est très impliquée dans les recherches appliquées menées par les spécialistes de la région pour la transformation et l’utilisation du palmier dans divers domaines, ameublement, cosmétique, alimentation…Le trio veut même créer une association autour du palmier. Par ailleurs, la rénovation de la Corbeille de Nefta financée en partie par la principauté de Monaco va permettre de faire revivre ce lieu magique. Da Hi sera le relais sur place de cette action. L’hotel doté d’un SPA, d’un hammam traditionnel, d’une bibliothèque, d’une salle de projection et d’une salle de séminaire polyvalente ouvrira ses portes en janvier 2009. Le promoteur tunisien semble plus que sûr : « Cet hôtel validé par l’ONTT, très innovant, sera marquant pour l’image de l’architecture en Tunisie. Il faut s’attendre à une médiatisation importante de Dar Hi, étant donné la notoriété mondiale de Matali et l’originalité d’un lieu qui répond à la nouvelle voie écologique de la planète ». Olfa Belhassine
Dar HI 1 Comment